La Multiplication des CDs...

Publié le par Victor Fèvre


Certains se souviendront sûrement que bien avant l'affaire francaise de la liste des contribuables francais ayant des comptes non déclarés à l'étranger acquise par le fisc, l'Allemagne avait tout d'un coup recu un CD avec les coordonnées bancaires de tous les comptes allemands au Liechtenstein.

Il semble clair que ce n'est pas un pauvre employé d'une banque qui a décidé pour arrondir ses fins de mois de briser le secret bancaire. Il est bien plus probable que c'est une opération réussie du service secret allemand, le BND (Bundesnachrichtendienst), qui cumule sous un même toit plusieurs activités de nos propres services de "renseignement".

Ce qui devait arriver arriva, de plus en plus de CDs sont désormais proposés aux États fédérés allemands (Bavière, Hesse, Nord-Rhénanie Westphalie etc.) avec soi-disant les coordonnées bancaires à l'étranger des Allemands résidant dans cet État.
Est-ce encore crédible? Les hommes politiques n'en sont pas très convaincus, comme la plupart des CDs ont été refusés. Officiellement.


Pourtant, traquer ces "réfugiés fiscaux" est intéressant pour les États. La crise de 2008 a donné le coup d'envoi à une campagne sans précédent, pour plusieurs raisons:

- récupérer des recettes fiscales qui représentent parfois un gros "manque à gagner"
- lutte contre le blanchiment et contre les paradis fiscaux

La crise a donné les moyens et la légitimité aux États d'être très stricts, tous à la fois (sinon on a le danger du passager clandestin) - tout comme pour le plan de relance, on s'est rendu compte qu'il fallait une action conjointe et coordonnée pour que ce soit efficace.

La sphère financière fait désormais partie de la zone d'influence d'un État.
Il faut se démarquer de l'idée de capitaux "placés". Ils sont en mouvement. Les sommes sont exorbitantes et peuvent constituer une arme, car ils peuvent déstabiliser brusquement une économie. C'est l'idée des bulles spéculatives.
De l'argent peut être injecté en masse dans une économie (idée reprise dans l'épisode "L'Opération Thor" de Jacques Martin dans la série Lefranc) mais c'est plutôt la disparition soudaine de masses considérables qui est dangereuse (idée du gel des avoirs comme sanction économique contre les ressortissants d'un État).

Les États tentent donc de contrôler comme ils peuvent ce mouvement des capitaux, notamment en "rapatriant" de gré ou de force les fonds de leurs nationaux. Une sorte de patriotisme économique, même si c'est impossible.
De plus, dans le contexte de crise économique, c'est politiquement bénéfique de traquer les "riches tricheurs" qui se réfugient dans des paradis fiscaux (imaginés comme des îles paradisiaques alors qu'ils sont bien plus proches que cela).

Victor Fèvre


"Brot für die Welt"
"Caritas-Spende"


"Bol de riz": la ration de combat

Publié dans Allemagne

Commenter cet article

Frédéric 28/02/2010 20:39


Pour la BD ''Opération Thor'', il s'agissait de fausse monnaie :)