Les AWACS doivent déménager - basculement géopolitique

Publié le par Victor Fèvre


L'aviation de patrouille aérienne de l'OTAN, la E-3A Component AWACS va devoir partir de Geilenkirchen en 2012, où ils sont stationnés pour l'instant. Entretemps, ils continuent de me survoler régulièrement...

La piste d'aterrissage du terrain d'aviation doit être entièrement révisée, pour une période pouvant durer de six à douze mois. La piste sera alors totalement inutilisable. Il faut donc évacuer tous les avions!

Pour l'instant, trois aéroports sont à l'étude: Trapani en Italie, Aktion en Grèce ou Konya en Turquie (voir Aachener Zeitung).

Et là, c'est intéressant. Car il y a beaucoup d'autres aéroports qui auraient pu être utilisés, mais il y a clairement un basculement vers le Sud-Est de cette composante de patrouille aérienne. Cela se comprend, si les avions sont en Méditerrannée, ils seront plus proches des foyers d'instabilité qui menacent l'Europe et l'OTAN les années à venir.

C'est pourquoi je me demande si ce déménagement qui se veut temporaire (mais durant probablement un an tout de même) ne résultera pas en une nouvelle doctrine d'emploi en gardant les avions de surveillance radar dans le Sud du dispositif de l'OTAN. Car pour l'instant, il semble que l'accent géopolitique de l'OTAN ait bougé de l'Atlantique Nord vers la Méditerrannée.

D'ailleurs, les Américains ont montré leur perte d'intérêt pour l'Atlantique Nord en arrêtant la protection aérienne de l'Islande, qui ne possède pas de forces armées. C'est une rotation maintenant de pays européens qui assurent la protection du pays, dont l'espace aérien est régulièrement violé par des avions russes.
Un Islandais que j'avais rencontré dernièrement m'avait raconté encore une anecdote: les États qui avaient été lésés par la faillite du système bancaire islandais étaient nombreux. Le Royaume Uni était touché également, et il y a eu des incidents fâcheux, ce qui a conduit le Royaume Uni à refuser d'envoyer ses chasseurs en Islande pour le semestre où elle s'était engagée de venir.

Un basculement géopolitique de l'OTAN vers le Sud-Est. Et pourtant, je ne suis pas persuadé qu'il sera permanent celui-là, car l'importance croissante de la Russie et le recul par rapport au guêpier afghan et irakien va rappeler aux pays membres de l'OTAN ce que signifient les lettres du sigle de leur organisation.

Victor Fèvre

Publié dans OTAN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article