La Russie – partenaire de l’Allemagne ou l’inverse?

Publié le par Victor Fèvre

Voici aussi l'article que j'ai publié aujourd'hui sur le portail de l'Alliance Géostratégique.

L’Union Europeenne est incapable d’une politique etrangere commune. Cela est particulierement vrai pour ses relations avec la Russie. Nous l’avons encore constate avec la crise georgienne, ou c’est l’intervention personnelle du President Sarkozy qui a fait avancer les choses.

Si nous adoptons la typologie de Robert Cooper, l’UE en tant qu’acteur post-moderne des relations internationales, interesse par des problemes de second ordre (environnement, economie, valeurs) est incapable de communiquer avec la Russie, acteur moderne, plutot Westphalien, pour qui la souverainete de l’Etat et la securite sont essentiels.

En tout cas, en ce qui concerne la Russie, ce sont bel et bien les relations bilaterales, intergouvernementales, qui definissent la politique etrangere. Et justement, un des plus grands partenaires de la Russie en Europe, c’est l’Allemagne.

 

Ce que l’Allemagne apporte a la Russie

 

L’Allemagne est un marche formidable pour la Russie. La Russie ne produit presque plus rien, ne fournit que peu de services, mais exporte des ressources naturelles. Et l’Allemagne est preneur. Son ouverture sur la Mer du Nord est insuffisante pour lui permettre de profiter de reserves en hydrocarbures la-bas. Les contacts historiques avec d’autres pays sont insuffisants pour qu’elle profite d’autres gisements a bon prix. L’Allemagne n’a que de faibles reserves en gaz naturel et ne possede pas de petrole, donc elle importe la grande majorite de ses besoins de la Russie. Des pipe-lines menent directement de l’Oural jusque dans l’Allemagne.

Les Allemands de l’ex-RDA parlent souvent encore le Russe. Il y a egalement une forte diaspora russe en Allemagne, surtout ceux qui ont ete naturalises les dernieres annees, selon les nouvelles lois d’immigration: l’Allemagne adoptant le jus sanguinis, bon nombre de descendants d’emigres allemands dans les regions a l’Est de l’Oural pouvaient pretendre a la nationalite allemande.

 

Ce que la Russie apporte a l’Allemagne

 

La Russie est un marche pour les machines-outil de l’industrie allemande. La Russie autorise le transit ferroviaire du materiel allemand en direction de l’Afghanistan. La dependance vis a vis des exportations de gaz et de petrole est tres grande.

C’est donc une relation tres unilaterale. Neanmoins, l’Allemagne est portee historiquement, geographiquement, culturellement vers l’Est. C’est reellement sa zone d’interet.

 

L’Allemagne comme demultiplicateur de la puissance russe

 

On peut dire que la Russie, surtout sous l’ere Poutine, mene une politique de puissance. Elle utilise la faiblesse de ses partenaires (l’UE en l’occurrence) afin de gagner elle-meme en puissance. Ceci est aussi vrai avec l’Allemagne. En developpant ses relations bilaterales avec l’Allemagne, la Russie evince les Etats baltes, la Bielorussie et la Pologne. L’exemple flagrant est la construction de l’oleoduc Northstream, qui passe dans la Mer Baltique, contournant les Etats baltes et la Pologne. Ceci fait paniquer la Pologne, qui historiquement a peur de ses deux grands voisins, l’Allemagne a l’Ouest et la Russie a l’Est. En reaction, la Pologne retarde et rend difficile les negociations entre l’UE et la Russie, car selon la regle de l’unanimite, elle peut tout bloquer. En divisant l’UE, les PECO font le jeu russe.

L’Allemagne est un formidable outil pour cette politique. Precisions tout de meme que l’elite russe fait du “patriotisme rationalise”. Son objectif n’est pas de nuire ses voisins, mais bien de s’elever elle-meme, de revenir a son statut de grande puissance, avec tout le prestige international qui s’en suit.

La Russie mene une politique bien plus offensive pour rappeler la Bielorussie et l’Ukraine a l’ordre, mais ce n’est pas le theme de ce billet.

 

Des liens personnels

 

Vladimir Poutine et Gerhard Schroeder s’entendaient tres bien. Les contrats avec Gazprom et le siege de Schroeder dans le conseil d’administration de cette entreprise en sont les signes visibles. Merkel parle le Russe, etant donne qu’elle vient de l’ex-RDA. Poutine, ancien agent du KGB (maintenant FSB) recrutait des agents en Allemagne. Il maitrise parfaitement l’Allemand et connait bien le pays.

 

 

En fin de compte, il semble que l’Allemagne est bien plus interessante pour la Russie qu’inversement. Pourtant, il ne faut pas croire que les Allemands ne seraient que des “clients” de la Russie. Il est habile pour les Allemands d’entretenir de bonnes relations avec la Russie et inversement, car cela represente une reelle alternative a la politique americaine. Dans un monde qui n’est plus bipolaire ni unipolaire, c’est un atout majeur.

La Russie, victime de son complexe d’inferiorite seculaire, a tout interet a privilegier ses relations avec l’Allemagne, qui elle-meme est tres heureuse de bien s’entendre avec la Russie. Aussi realiste que l’on peut etre, le jeu diplomatique ici n’est pas a somme nulle – la somme est bien positive.

 

Victor Fevre

 

RDO

 

Publié dans Russie

Commenter cet article