Wehrkunde - le discours de Merkel

Publié le par Victor Fèvre


Voilà, je me consacre enfin au contenu de la 45ème Wehrkunde. D'abord, je donnerai un condensé du discours d'Angela Merkel, puis je propose un commentaire (linéaire, non composé, certes).

- 2009 est une année symbolique pour beaucoup de choses (1939, 1989, dix ans du concept stratégique de l'OTAN)
- 2009 s'ouvre sur beaucoup de problèmes, économiques et géopolitiques
- jusqu'à maintenant, de vraies avancées ont pu être faites, mais les enjeux sont plus grands que jamais

- l'OTAN est "l'ancre de l'alliance transatlantique" à condition de se concentrer à nouveau sur l'article V
- "l'axe transatlantique est le fondement de notre architecture de sécurité"

- l'OTAN doit rester libre de ses décisions au sujet de l'Ukraine et de la Géorgie

- lors du sommet du soixantenaire, il est vraiment temps de lancer le chantier d'un nouveau concept stratégique
  1. ce nouveau CS doit mettre en avant la coopération
  2. il doit utiliser comme définition de la sécurité, la "Vernetzte Sicherheit" - ou "Comprehensive Approach" en anglais

- l'exemple de la Vernetzte Sicherheit, c'est la PESD
- la PESD est une nouvelle forme de coopération avec l'OTAN
- l'OTAN doit être renforcée grâce à la PESD

 3. le CS doit souligner la maîtrise des armements et le désarmement, surtout nucléaire

- les négociations du Traité FCE doivent être relancées

- la Russie doit faire partie de notre architecture de sécurité


Commentaire:


- 2009 est aussi une année importante en Allemagne à cause des élections...

- le discours est très atlantiste, l'alliance transatlantique restant le fondement de la sécurité européenne

- en ce qui concerne l'Ukraine et la Géorgie, cela semble être un jeu diplomatique avec Moscou, pour pouvoir mettre sous pression les Russes - alors même qu'à court terme, les deux pays ne rentreront sûrement pas dans l'OTAN - et que les Allemands ne veulent pas repousser la Russie, mais l'inclure dans leur système

- ce discours complète la déclaration commune Merkel-Sarkozy:
> la "coopération": aucun État ne peut prétendre à agir entièrement seul (sûrement adressé aux Américains)
> même insistance sur la MDA, le désarmement, la fermeté envers l'Iran (et "l'obligation de les empêcher d'obtenir une bombe nucléaire")
> une phrase déclare comme quoi l'Allemagne est contente que la France rentre entièrement dans l'OTAN, mais il n'est pas dit comment les Allemands seront prêts (ni tous les petits pays surreprésentés dans les EM mais pour qui ces postes sont cruciaux) à accepter à lâcher des postes militaires à des Francais

- les Allemands sont persuadés qu'ils ont lancé la mode de la "Vernetzte Sicherheit". Ce qui leur permettra plus tard de dire qu'ils ont sauvé la pensée stratégique au sein de l'OTAN et de l'UE

- MAIS, alors même que Merkel dit qu'il faut bien se rappeler l'article V de l'Alliance, elle dit que si l'on adopte le concept de "Vernetzte Sicherheit" - qui est bien plus que militaire, alors l'OTAN ne peut être seulement militaire. Elle affirme: "L'OTAN doit être le lieu de discussions politiques".

- l'UE n'est mentionnée que dans la PESD - PESD qui doit renforcer l'OTAN!!! C'est bien l'inverse du discours francais: nous voulons bien rentrer dans l'OTAN, afin de pouvoir avancer en PESD. Là est exactement la grande différence entre l'Allemagne et la France. À mon avis, les Allemands n'ont pas tellement confiance en la PESD "à la francaise" et préfèrent miser - pour l'instant - sur l'OTAN.

- pas un mot sur l'OSCE. Alors même que dans le DN&SC de janvier, il est justement beaucoup question d'OSCE, je crois que c'est un indice supplémentaire pour la fin politique de cette organisation. Si les États-Unis et la Russie n'y croient plus, ce ne sont pas les autres pays qui pourront la faire avancer.

DONC, un discours finalement assez atlantiste. Moins d'accent sur l'UE, et la PESD doit renforcer l'architecture transatlantique. Pourtant, ce n'est pas un discours qui déplaît forcément à la Russie.
La déclaration franco-allemande commune préalable semble bien confirmer l'interprétation proposée par EGEA comme quoi la Wehrkunde 2009 est un mini-sommet pour préparer le sommet otanien du soixantenaire. Alors, il fallait une touche franco-allemande, évidemment! Pourtant, je vois quand même une dichotomie fondamentale sur le rôle à accorder à la PESD.

Victor Fèvre

Publié dans Allemagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

o Kempf 13/02/2009 22:08

Merci Victor pour ce CR. Je note que A. Merkel continue à marquer la différence avec la position française, alors que j'avais l'impression que N. Sarkozy se rapprochait selon un axe Paris-Berlin-Moscou, et paraissait beaucoup plus éloigné de Washington. Visiblement, Merkel ne va pas aussi loin. Mais c'est sujet à discussion.