Substitution ENI / Cause

Publié le par Victor Fèvre


Une idée qui me poursuit depuis des jours.
J'ai l'impression que dans une guerre, on se bat contre un ennemi, pour une bonne raison. Un ennemi, une cause. C'était autrefois très complémentaire.

Mais aujourd'hui, ils deviennent de plus en plus substituables. Ce que je gagne en cause, je le perds en ennemi.
Quelques exemples.

(1) George W. Bush déclarait vouloir se battre pour la démocratie. Très bien, mais qui était l'ennemi, concrètement?

(2) En Afghanistan, la communication stratégique sur les raisons pourquoi les militaires alliés sont là-bas est défaillante, car les raisons semblent échapper à beaucoup de monde. Alors, il faut se trouver beaucoup d'ennemis, autrefois les Taliban, maintenant les insurgés en général, bientôt les narco-traficants (voir ici).

(3) Lutte contre la piraterie. Opération Atalante. La lutte contre la piraterie n'est certainement pas la raison pour laquelle des navires sont au large de la Somalie, car sinon, il nous faudrait de la patrouille maritime dans toutes les mers d'Asie du Sud-Est, détroit de Malacca en tête, mais aussi dans le Golfe de Guinée, et j'en passe. Non, il s'agit à mon avis de pouvoir contrôler cette zone stratégique, alors que seuls la France (Djibouti, bientôt EAU) et les États-Unis (Diego Garcia) possèdent de formidables bases permanentes là-bas. Donc, la cause n'est pas très forte dans cette opération. Alors, on concentre l'attention des médias sur quelques somaliens dans des embarcations qu'on effraie à coups de semonce.

Victor Fèvre

Publié dans Die ganze Welt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

o Kempf 07/02/2009 14:24

1/ Il faut lire Carl Schmit et son discours sur la fabrication de l'ennemi. Mais effectivement, cette interrogation est essentielle.
2/ Somalie : intérêts plus que commerciaux et pétroliers : sécurité des routes, qui a toujours été un attribut étatique
3/ Effroi des pirates somaliens : je ne les crois pas très effrayés...
O Kempf

Victor Fèvre 08/02/2009 18:48


(1) Certes. À mon avis, il faut d'abord lire Clausewitz, puis Schmitt, puis Aron. Accessoirement Jomini et Foch.
Euh, pour l'instant, je n'y suis pas encore...
Je lis maintenant "Seven Pillars of Wisdom" de Lawrence d'Arabie: "war upon rebellion [is] messy and slow, like eating soup with a knife."

VF


ZI 06/02/2009 14:35

Sur le point 3 je suis sceptique. L'attrait publicitaire me parait plus important. A part la France et les USA(et peut être l'Inde), aucun des acteurs n'a les moyens d'une présence permanent dans la région.

Les chinois, russes, japonais , sud coréens et bien d'autres sont plus là pour montrer le drapeau et bien montrer leur qualité de "responsible stakeholder" . Dans le cas japonais, cela semble très claire.

C'est exact de dire que probablement un bon nombre d' Etats se moquent de la piraterie(pas forcement tous) mais la raison avancé en 3 me parait pas convaincante du tout.

Victor Fèvre 08/02/2009 18:44


Pour un coup de pub, l'opération Atalante c'est un peu cher, non?

VF