L'Allemagne dans l'OTAN

Publié le par Victor Fèvre


Les Allemands continuent d'être régulièrement la cible de critiques pour leur engagement dans l'OTAN.
En fait, c'est la meilleure preuve que les Allemands sont capables d'une ligne politique propre. C'est la preuve de leur émancipation.

Quelques faits:
- on découvre que l'Allemagne a des liens très forts avec la Russie, l'Est en général
- on découvre que l'Allemagne n'est pas à 100% otanienne - ni 100% européenne - mais qu'elle a ses propres intérêts

Je vous invite à lire cet article de The Economist (lien grâce à EGEA, via Ice Zebra...), c'est charactéristique.

Comme l'actualité m'est clémente, voici un entretien du journal "Die Welt", qui est très révélateur de la position allemande.

(1) les Allemands sont contents qu'enfin, les Américains (désignés comme "amis" - preuve que l'alliance reste forte, mais on peut dire "non" à des amis) vont renforcer la "Comprehensive Approach", équivalent de la "Sécurité en réseau", Vernetzte Sicherheit ou Vernetzter Ansatz de l'Allemagne (voir ici pour la CA aux Pays-Bas et ici pour la VS en Allemagne). Les USA qui s'alignent sur l'Allemagne.

(2) les Allemands n'enverraient pas assez de troupes en Afghanistan? Réponse très ferme:
- les Allemands viennent d'augmenter le nombre de soldats dans leur mandat et envoient des renforts
- les Allemands sont la troisième force armée en Afghanistan, derrière les Américains et les Britanniques
- 51% des interventions aériennes de la FIAS serait faite par les Allemands
Alors n'allez pas dire que les Allemands ne s'engagent pas assez!
Jung rajoute que Obama, lors de son discours, a précisé que l'Europe devait s'impliquer davantage. Alors, aux autres États européens d'envoyer plus de soldats!

(3) Jung, au sujet de l'A400M, déclare "Pacta Sunt Servanda". On ne l'entend guère en France, mais c'est un dicton courant en Allemagne. En effet, l'Allemagne avait dû payer des indemnités pour voir ses commandes à la baisse, alors elle ne va pas aider EADS maintenant.


Conclusions:

> Les Allemands n'ont plus peur de s'affirmer clairement.
> Ils sont critiqués pour leur engagement en Afghanistan, pas pour le nombre absolu de soldats, mais l'effort que cela représente pour eux. Comme l'Allemagne a su, sagement, limiter ses OPEX, elle n'est pas exsangue en Afghanistan. Fait aggravant, ce sont certaines provinces du Sud et de l'Est qui sont les plus dangereuses aujourd'hui. Mais en 2001, c'était aussi le Nord, là où sont les Allemands maintenant.
> Les Allemands devraient être solidaires avec qui? Les Francais avec leur PESD ont montré qu'ils n'étaient pas un partenaire fiable, en sacrifiant la Deutsch-Französische Brigade. C'est aider les atlantistes à Berlin! Pourtant, comme les Américains se montrent ingrats, le rapport de force à Berlin n'est pas encore clair.

Victor Fèvre

Publié dans Allemagne

Commenter cet article