Politique de drogues au Pays-Bas

Publié le par Victor Fèvre


Les Pays-Bas sont hélas souvent connus pour leur politique très libérale de drogues. Il y a trois ans, le ministre de la justice Donner avait même surpris en chantant une chanson de "rap" dénoncant les contradictions dans ce domaine.

Les "Coffee shops" peuvent vendre, en petites quantités certes, des drogues douces telles que le Marijuana, mais n'ont aucun moyen légal à leur disposition pour se fournir eux-mêmes. Abberration qui a tenté d'être levée par le maire de Maastricht il y a un an, sans succès.

Pourtant maintenant, plusieurs maires veulent engager la bataille contre les Coffee shops en les interdisant, sous prétexte qu'ils gênent l'ordre public. En effet, ils attirent une clientèle souvent étrangère et qui se livre à de nombreux excès sur la voie publique.

Mais le problème est que les Coffee shops ne sont que la partie émergée de l'Iceberg. Ils ne gèrent qu'une infime partie du trafic de stupéfiants, le plus gros sont les filières organisées qui exportent de grandes quantités, aussi de drogues dures. Les Pays-Bas sont une plaque tournante du trafic de drogues en Europe.

C'est le port de Rotterdam qui est surtout la porte d'entrée, le nombre immense de containers entrant quotidiennement le Pays empêchant un contrôle efficace. C'est une faiblesse géopolitique du Royaume néerlandais, car il héberge ainsi des filières de crime organisé.

Et à vrai dire, je ne sais pas si tous les moyens déployés pour engager la lutte contre les Coffee shops va y changer grand chose.

Victor Fèvre

Publié dans Pays-Bas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article