OPEX

Publié le par Victor Fèvre


À l'heure où les européens renforcent leur présence au Kosovo (mission plus civile certes), s'aventurent au large de la Corne d'Afrique, je voudrais faire quand même quelques remarques, pas d'intérêt militaires, mais plus géopolitiques.

(1) Les francais ont vraiment atteint le maximum (voir EGEA ou Mars Attaque) et vont se désengager surtout de l'Afrique. Les néerlandais se rendent compte que leur OPEX en Uruzgan (province afghane) est très chère, et nécessite une révision complète de leur matériel et rendant des renforts difficiles.

(2) Mais pour la peine, les autres pays s'engagent plus en Afrique: les Allemands se demandent s'ils ne devraient pas retourner au Congo, après la courte mission lors des dernières élections, qui avait déjà suscité la polémique. En effet, l'ancien MAE des Verts Joschka Fischer, qui a toujours soigné son profil "expert diplomatique", a engagé des propos dans cette direction. De plus, la situation humanitaire s'aggrave, alors affaire à suivre. Au large de la Somalie, les pays européens, même les plus petits, s'affairent à envoyer des navires (Pays-Bas, Belgique, Danemark). J'ai donc l'impression que la présence francaise permanente africaine est remplacée par une présence périodique de nouveaux États européens. Est-ce un tropisme africain? À peine. Plutôt un moyen d'avoir des soldats en OPEX, là où les américains n'ont plus envie d'aller. Une espèce de nouvelle chasse gardée européenne.

(3) Car les américains vont bientôt se désengager de l'Irak et remettent le paquet en Afghanistan. Il est possible que les Américains vont dire que si les Taliban ont pu revenir en force, c'est de la faute des européens. Les Américains ont libéré l'Afghanistan en 2001 et ont bien commencé la phase de stabilisation. Intervient l'Irak, les Américains laissent la plupart des opérations aux européens, et tout bascule. Et maintenant, les Américains vont revenir pour refaire le travail, menés par un Général célébré aujourd'hui et qui a une poitrine qui ressemble fort à celle d'un maréchal soviétique... L'intervention en Afghanistan, qui a été choisie comme une opération d'importance par les francais et par les allemands (enfin, le gros des renforts n'est toujours pas arrivé à ma connaissance), risque de ne pas donner les fruits politiques espérés, même vis-à-vis de Washington.

Et là, cela risque de chagriner les Allemands, qui ne manquent pas une occasion de réaffirmer qu'à côté des européens, ce sont les États Unis d'Amérique leur meilleur allié. Comme je l'avais dit auparavant, le discours d'Obama lors du prochain sommet de l'OTAN sera épluché par les Allemands pour y lire soit de la reconnaissance pour leurs efforts soit une déception, auquel cas le lien transatlantique s'effritera vraiment.

Victor Fèvre

Publié dans Die ganze Welt

Commenter cet article

ok 08/12/2008 22:11

AVant le sommet deSrasbourg-Kehl, il faudra suivre la Wehrkune de février àMunich....

Victor Fèvre 08/12/2008 22:48


C'est vrai.

La traditionnelle "Münchner Konferenz für Sicherheitspolitik"... Cette année, elle avait été pleine de discours intéressants.

VF