Déclaration de guerre

Publié le par Victor Fèvre


Suite à une discussion que j'ai eue hier, voici quelques idées autour de la Déclaration de Guerre.


Acte autrefois essentiel, il était la meilleure preuve de l'existence d'un État. Le droit d'un État était de pouvoir faire des alliances avec d'autres États, ainsi que déclarer la guerre à d'autres. C'est le principe de souveraineté qui a été en vigueur depuis la Paix de Westphalie en 1648 (et non "le Traité de Westphalie", car il y en a eu deux, Münster et Osnabrück).


Or, quand est-ce que la dernière guerre a été officiellement déclarée? Je ne suis pas sûr à 100%, mais il me semble que pour le cas de la France par exemple, il s'agit de la Seconde guerre Mondiale. En tout cas, aucune guerre n'a été déclarée en Irak ou en Afghanistan.


Objection que vous me ferez: une guerre se fait et ne se déclare plus. Oui, mais c'est plus profond que cela. Nombre de commentateurs s'étonnent de la prouesse américaine de faire la guerre ("a Nation at War") sans l'avoir déclarée officiellement. Voici quelques pistes de réflexion.


Tout d'abord, une guerre doit être déclarée par le Parlement tout entier (ou en l'occurence, le Congrès). Majorité pas toujours acquise. Inconvénient, car il faudrait aussi déclarer la paix, une fois la guerre terminée. Et nous, démocraties occidentales, voulons la paix, pas la guerre! Quelle image, si nous déclarions la guerre, nous entrerions dans le rôle d'aggresseur, ce que nous voulons éviter à tout prix.


En effet, l'acte de déclaration de guerre n'est plus un acte indispensable à accomplir pour pouvoir mener une guerre honorable (même si le moment choisi peut être perfide, songeons à Pearl Harbor), il est vu comme une aggression aujourd'hui.


De plus, une déclaration de guerre se fait entre pairs, entre États qui ont la même importance institutionnelle. Refuser donc une déclaration de guerre lors d'une invasion en Irak ou en Afghanistan, c'est refuser d'accepter la légitimité de l'État qui existait, c'est nier son existence. Et cela, paradoxalement, est conforme avec la théorie des États-voyous (Rogue states). Ces États se comportaient de manière tellement intolérable qu'ils perdaient le caractère étatique de leur organisation, rendant "inutile" une déclaration de guerre. À qui veut-on déclarer la guerre si on considère que nous n'avons pas d'État en face de nous? Dans le cas de l'Afghanistan, la ligne officielle était de faire la guerre aux Taliban, pas à l'Afghanistan. Finesse juridique, mais qui n'est pas applicable dans le cas Irakien.


Finalement, sans déclaration de guerre, on peut exclure la mention de "guerre" pour des opérations qui en ont tout l'air, j'ai déjà glosé assez là-dessus, inutile d'y revenir.


Donc, le manque de déclarations de guerre aujourd'hui ne veut pas dire que le monde est plus pacifique. Mais il affaiblit en fait le concept de souveraineté des États qui était valide depuis des siècles. Et si l'on nie le caractère étatique de nos adversaires, comment voulez-vous que ceux-ci nous traitent comme nous l'attendons en cas de guerre classique?


Victor Fèvre

Publié dans Die ganze Welt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article