Lutte contre la piraterie 2: précisions

Publié le par Victor Fèvre


Hier, j'avais été assez critique dans mon billet sur la piraterie. Et j'ai eu un commentaire intéressant, sur la politique apparemment sans logique des allemands, qui pourraient bien continuer à se faire critiquer par les américains, avec leur engagement bizarre, sans pouvoir attaquer officiellement les pirates.


(1) Le secrétaire de la défense américain devrait rester Robert Gates en janvier. Il n'est pas du tout apprécié à Berlin, car il ne cesse de critiquer l'engagement allemand, pas assez conséquent (songeons à sa lettre aux MinDef européens au printemps dernier). Donc, pas de changement majeur au niveau "défense" en vue à Washington. Et le discours envers les Allemands restera encore pendant quelque temps ainsi (d'ailleurs, Obama avait exhorté les Allemands à s'engager davantage, voir ici). Disons que cela dissuade les allemands de faire des efforts très important, car le discours américain ne changera pas.  


(2) Les attaques meurtrières à Bombay hier et aujourd'hui et la réaction des forces armées indiennes (qui me fait beaucoup penser à l'opération russe à Beslan en Tchétchénie) démontrent, de manière sanglante hélas, que l'Océan Indien reste un point-clé de la Planète.


(3) Donc pour moi, la piraterie n'est surtout qu'un prétexte pour être présent militairement dans cette mer pour voir ce qu'il s'y passe (voir aussi l'excellent EGEA à propos de l'importance de la Corne d'Afrique). Il y a des actions ponctuelles contre des pirates, notamment lorsqu'ils sont en train d'attaquer un navire, mais rien d'organisé pour l'instant. Je pense que là n'est pas l'essentiel.


(4) Et comme je l'avais dis hier, la confusion pirates/terroristes doit peut-être "aider" des États comme l'Allemagne, à un engagement plus actif. Sans y arriver pour l'instant.


(5) Olivier Kempf avait déjà décrit sur EGEA que les francais avaient déjà deux positions d'importance stratégique dans cette zone géopolitique: la nouvelle base d'Abu Dhabi et Djibouti (une des bases africaines qui devrait être conservée dans cette réforme, justement à cause de son importance). J'ajouterai qu'un élément très important dans tout l'Océan Indien est la base américaine de Diego Garcia, dans l'archipel des Chagos. C'est comme un immense porte-avions au milieu de l'Océan Indien, ayant verrouillé cet océan aux forces soviétiques pendant la guerre froide, d'où sont partis les F-117 en 1991 pour bombarder Bagdad et les B-2 et les B-52 en 2003 (distance Diego-Garcia - Bagdad et la même que Londres - Bagdad). Cette base est le verrou de l'Océan Indien, où il y a des avions (bombardiers stratégiques), des navires de guerre (de surface + sous-marins). Certains pensent que des terroristes y sont détenus en toute discrétion.

Alors, des États qui n'ont pas de bases dans le secteur (comme l'Allemagne, mais qui souhaite avoir des ambitions dans tout le Moyen-Orient), sont obligés d'envoyer des navires là-bas. La piraterie en offre l'occasion.


Victor Fèvre

Publié dans Océan Indien

Commenter cet article