Le point sur le F-35 Joint Strike Fighter

Publié le par Victor Fèvre


Quelqu'un ma demandé dernièrement ce que je pensais du tout dernier avion F-35 "Joint Strike Fighter", programme auquel les Pays-Bas se sont joints, malgré la colère de ses voisins allemands par exemple, qui auraient espéré une participation au "Eurofighter"...


Quid F-35? C'est un appareil véritablement révolutionnaire. C'est un avion équipé de toute la technologie "Stealth" (qui le rend "furtif", c'est à dire difficilement repérable sur le radar, pas invisible!). Mais contrairement au F-117, puis au B-2, ce n'est pas seulement un appareil pouvant bombarder des cibles. C'est un vrai chasseur-bombardier furtif. Toute nouvelle génération.


Il est équipé des derniers systèmes d'armes, il est bourré d'électronique, toutes ses armes et bombes sont dans les soutes, permettant sa furtivité, il est construit en trois versions (normal pour l'Armée de l'air, transformé pour la Marine et à décollage et atterissage vertical pour le Corps des Marines - premier vrai avion après le Harrier britannique, où cela fonctionne réellement). Outil vraiment révolutionnaire. Oui, mais.


(1) les néerlandais se sont mis les pays européens sur le dos dans le secteur de l'armement en boycottant leurs systèmes de défense


(2) la coopération n'est pas entière avec les américains, qui ne partagent pas tout leur savoir-faire avec les pays participant au programme


(3) cela coûte très cher au Royaume des Pays-Bas


(4) le rapport qualité-prix n'est pas optimal. Les néerlandais n'achètent pas des appareils finis, mais participent à la conception et construction. Donc, l'avion aura encore des défauts au départ. Peut-être qu'ils auraient dû attendre quelques années...


(5) avons-nous vraiment besoin d'un tel appareil? En effet, le soutien aérien est primordial en Afghanistan par exemple, mais la technologie furtive est "superflue". Les ennemis que nous combattons aujourd'hui n'ont pas des moyens de DCA avancés. Et justement, c'est à mon avis ce qui motive soudain les premiers acheteurs des Rafale. Ce n'est pas un avion révolutionnaire, mais qui fait bien son travail. Et il coûte moins cher que le Eurofighter, pour des capacités même souvent supérieures. Voilà le raisonnement: s'il faut perdre un avion, plutôt un F-16, un F-18, un F-22, un Eurofighter ou un Rafale - tout plutôt qu'un JSF - avion certes très avancé, mais qui surpasse les besoins à court terme en opération et qui est surtout beaucoup plus cher.


Victor Fèvre

Publié dans Pays-Bas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bryaxis 24/11/2008 13:40

"Voilà le raisonnement: s'il faut perdre un avion, plutôt un F-16, un F-18, un F-22, un Eurofighter ou un Rafale" Oui, notons tout de même que le F-22 est lui aussi dans une gamme de prix à part, pour des fonctionnalités proches de celles offertes par le JSF, capacités de décollage sur courte distance mises à part. L'Eurofighter commence seulement à être opérationnel, mais ses capacités air-sol restent limitées à l'heure actuelle. Le F-16C Blk 52 et les versions ultérieures, le F-18E/F, le Su-27 ( et dérivés ) ou le Mig-29 ( ou le Mig-33 ) sont moins couteux, tout aussi efficace, ont une charge utile égale ou supérieure à celle du JSF et sont des appareils éprouvés.

Le Rafale est pour sa part un appareil un peu plus mature que l'Eurofighter, ayant déjà connu le combat dans une version bridée ( F2 ) et sa version F3 est prête au déploiement. En outre il est financièrement compétitif ( son principal concurrent étant le Grippen NG ) et soutenu à l'exportation par le gouvernement français ( le gouvernement suédois ne poussant pas l'appareil de Saab autant que Paris ne le fait pour celui de Dassaut, et pas dans les mêmes pays ). Le choix norvégien et hollandais d'opter pour le JSF, appareil qui connait des retards de développement assez importants, est donc quelque peut surprenant en cette période d'économie budgétaire ( rappelons que les Pays Bas ont revendu récemment des dizaines de blindés et de pièces d'artillerie lourde ). Cependant ces pays ont déjà dépensé de tels sommes ( le prix de plusieurs avions ) sans rien avoir reçu de tangible qu'ils sont tenus de rester dans le projet, malgré les efforts des autres pays ( offensive diplomatique suédoise en Norvège ). Un choix très dommageable pour l'intégration européenne.

Victor Fèvre 24/11/2008 21:29



Merci, je confirme. Je préfère ne pas aller trop dans les détails en ce qui concerne l'armement dans ce blog, mais c'est en tout cas le message que j'ai essayé de faire passer:


Le F-35, même s'il est très bien, a beaucoup de concurrents qui pour des capacités pas si inférieures que cela, ont un rapport qualité/prix bien plus intéressant. Et c'est à mon avis la
découverte de ce fait qui a motivé quelques pays à acheter le Rafale.


Il faut ajouter à cela que les Pays-Bas (ainsi que la Norvège) ont les Armées de l'Air européennes les plus proches des USA. Toutefois, il semble qu'il y ait eu peut-être concurrence déloyale aux
NL en faveur du F-35. Le Rafale, le Eurofighter, le Griffen (et peut-être le F-18, je ne sais plus) avaient étudiés, et la comparaison n'était pas concluante pour le F-35. Si la faute est avérée,
les Pays-Bas auront du mal à expliquer leur problème à leurs amis européens...