Chroniques otaniennes: les élargissements

Publié le par Victor Fèvre


Qu'en est-il du futur de l'OTAN? Nous tenterons de donner quelques pistes de réponse pour les quelques années à venir, dans certains domaines particuliers. Pourquoi cela peut être intéressant? Car l'année prochaine, il y aura le sommet du soixantenaire à Strasbourg-Kehl, et que l'OTAN a retrouvé son chemin dans l'attention des médias.

Suède: Il est très probable qu'elle rentre en 2009, ou qu'elle l'annonce. En effet, elle coopère dans des domaines comme les nouveaux projets de transport aérien. Aussi, elle s'est sensiblement rapprochée de ses voisins de l'autre côté de la Mer Baltique lors du conflit géorgien (voir ici). C'est conforme à la zone d'influence séculaire de la Suède.

Finlande: Il est très probable qu'elle rentre en 2009, au moins qu'elle l'annonce. Elle va sûrement abandonner sa neutralité pour s'engager dans l'OTAN. Elle a un passé tumultueux avec la Russie, donc cela ne posera pas trop de problèmes.

France: On peut considérer le retour francais dans la strucutre militaire intégrée comme un élargissement. Il est plus que probable que le Président de la République annonce à Strasbourg comme quoi la France va rejoindre l'OTAN. Notons que cela signifierait beaucoup plus de militaires francais dans l'organisation...

Albanie: Elle a signé le Accession Protocol le 9 juillet dernier. Donc, son adhésion ne saurait tarder.

Croatie: Même cas de figure que pour l'Albanie. 2009 promet d'être une année mémorable pour l'OTAN.

Géorgie: Tout est gelé pour l'instant, à cause de la guerre des cinq jours. Comme c'est bien Saakachvili qui a commencé les hostilités, il a fait un bond gigantesque en arrière en ce qui concerne le rapprochement avec l'OTAN (et l'UE). Finalement, on peut même se demander si la Géorgie va entrer un jour.

Ukraine: Gros dégât collatéral de la guerre des cinq jours. Elle voit que l'OTAN n'est plus si enthousiaste, et puis, les prochaines élections favorisent plutôt la ligne pro-russe, de toute manière. D'ailleurs, il faut bien réflechir à quel but pourrait bien être poursuivi en intégrant l'Ukraine. N'est-ce pas un face-à-face avec la Russie?

Conclusions: le sommet de 2009 sera bien symbolique (60 ans), avec de beaux élargissements. D'un point de vue géopolitique, l'OTAN semble "abandonner" la Mer Noire - victoire donc de la Russie de la guerre des cinq jours - mais prend définitivement pied dans la Mer Baltique, en soutenant les Pays Baltes - au grand dam de la Russie. La stratégie a changé d'aile. Pour les russes, il s'agit bien d'une politique à somme nulle. Ils gagnent dans le Sud près de la Mer Noire, mais perdent dans le Nord, près de la Mer Baltique. Cela ne peut que faire grincer les dents des russes, car ces élargissements ont une certaine connotation anti-russe. Je me demande si c'est vraiment très habile, car cela conforte la peur séculaire d'encerclement de Moscou, que ce soit vrai ou pas. L'important, c'est qu'ils en soient persuadés.

Victor Fèvre

Publié dans OTAN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ok 13/10/2008 23:37

Je ne serais pas aussi catégorique concernant les deux pays baltes. Le débat sur la neutralité demeure fondamental : or, il n'a pas été encore ouvert politiquement : donc il est peu vraisemblable que 2009 soit l''année de l'annonce. EN revanche, que le rapprochement se poursuive, oui.
OK

Victor Fèvre 14/10/2008 17:16


Bien vu.
Mais si l'OTAN veut continuer à "devancer" l'UE en ce qui concerne les élargissements, il faudra qu'elle accélère ses démarches. Même si ce n'était pas un objectif, cette avance était une réalité
de fait qui ne déplaisait pas l'OTAN.