Plaidoyer NL pour entrée turque dans l'UE

Publié le par Victor Fèvre


Hier, le Ministre néerlandais des affaires étrangères, Verhagen, en visite à Istanboul, a fait deux discours (visibles ici et ici), véritable plaidoyer pour l'entrée de la Turquie dans l'Union Européenne.

La ligne d'argumentation est très en phase avec les événements actuels. Avant tout, il affirme que la Turquie fait partie de l'Europe, géographiquement. La question est de savoir si la Turquie est européenne politiquement. Tout argument culturel ou religieux devant donc être rejeté. Il y a évidemment les déclarations habituelles comme quoi certains critères devraient être remplis avant une entrée officielle.

En fait, Verhagen fait l'apologie de la situation géopolitique de la Turquie. Elle est impliquée dans la FIAS. Elle est donc un bon élève de l'OTAN. D'ailleurs, elle est le seul pays membre de l'OTAN dans la région. Aussi, elle aurait bien aidé dans la résolution du conflit géorgien (je ne sais pas comment et ce n'est pas dit dans le texte). Donc, elle est un partenaire essentiel dans la stabilisation du Caucase, donc un enrichissement certain pour l'Union Européenne.

1) L'argument géopolitique pourrait être inversé: pourquoi intégrér un pays frontalier à la Syrie, l'Irak, l'Arménie et la Géorgie? Cela pourrait déstabiliser l'UE.

2) Les Pays-Bas réaffirment leur attachement européen (après l'article du Ministre Verhagen en faveur de la PESD - voir ici). C'est donc une tendance, et non un événement.

3) Les Pays-Bas s'éloignent clairement de pays comme la France ou l'Allemagne, qui veulent un "partenariat privilégié" (lire = status quo) avec la Turquie ou d'autres pays qui sont tout simplement contre (comme longtemps l'Autriche par exemple). À la fin, Cui bono? Cela pourrait être interprété comme message symbolique montrant que les Pays-Bas veulent vraiment se présenter sous leur angle le plus européen possible, en dépit de ce que peuvent dire les "Grands pays européens".

Victor Fèvre

Publié dans Pays-Bas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article